Tout savoir sur l'isolation

L’isolation sert à éviter les échanges thermiques entre l’extérieur et l’intérieur d’un logement, qu’il s’agisse d’air chaud ou d’air froid. Il existe différents types de matériaux d’isolation, comme la ouate de cellulose ou la laine de verre. Pour choisir la matière idéale, vous devez d’ailleurs tenir compte de l’emplacement de l’isolation, puisque certaines pièces sont souvent de vraies passoires thermiques (garage, combles, etc.). Bien isoler son logement, c’est la garantie de réaliser de belles économies d’énergie sur le long terme.

Image
isolation-combles-mousse.jpg

 

Les avantages d’une bonne isolation

Une bonne isolation améliore le confort d’habitation sur bien des points. Non seulement elle réduit les déperditions d’énergie, mais elle limite également le bruit en provenance de l’extérieur ou de la maison mitoyenne. Si votre logement dispose d'une bonne isolation, vous réalisez donc de belles économies sur votre facture d’énergie. C’est pourquoi il est important de réaliser des travaux de rénovation énergétique si vous investissez dans une maison mal isolée. De plus, un logement isolé comme il se doit a bien plus de valeur qu’une passoire thermique. Si vous effectuez des travaux d’isolation après l’avoir acheté, vous profiterez d'une plus-value intéressante au moment de la revente.

Une bonne isolation permet également de diminuer votre empreinte écologique. Votre logement émet moins de CO2, ce qui est bénéfique pour la planète. Par ailleurs, il faut savoir qu’une bonne isolation limite les intrusions d’insectes et d’autres animaux à l’intérieur du logement. Elle protège également des incendies puisqu’il existe des matériaux isolants non combustibles. Les flammes se propagent donc beaucoup plus lentement à travers la structure de la maison. De plus, les joints associés à cette isolation incombustible sont fabriqués dans des matériaux intumescents : ils gonflent sous l’effet de la chaleur, limitant ainsi encore plus la propagation des flammes.

Une question?
Un conseiller vous répond.

CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.

Découvrez nos autres guides
 

Le prix de l'isolation des combles perdus
En savoir plus

Les matériaux isolants
En savoir plus


Isoler sa maison
En savoir plus

Estimer mon projet

Devis d'isolation gratuit et rapide

 

Les différents types d’isolations

Si l’isolation thermique est primordiale pour le confort des habitants d’un logement, il ne faut pas prendre l’isolation acoustique à la légère. Celle-ci joue également un grand rôle dans la qualité de vie d’un foyer, surtout si le logement se trouve en pleine ville.

 

L’isolation thermique

L’isolation thermique doit se concentrer sur les endroits de la maison les plus sensibles aux échanges thermiques : ce sont les planchers, les murs extérieurs, les portes et fenêtres et on parle de ponts thermiques. L’isolation thermique permet d’empêcher les déperditions d’énergie, conservant ainsi la chaleur à l’intérieur de la maison en hiver et la fraîcheur en été. Il existe différents types d’isolants thermiques (isolants synthétiques, isolants minéraux, isolants biosourcés). L’isolation thermique passe principalement par l’isolation des murs et l’isolation du toit.

L’isolation des murs peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur, même si l’isolation extérieure est la plus efficace. Moins chère, l’isolation intérieure permet toutefois de réduire efficacement les transferts de température. Toutefois, cela entraîne également une réduction de la surface habitable.

Pour réaliser l’isolation du toit, il est possible d’opter pour des rouleaux isolants, pour des panneaux semi-rigides ou encore pour l’injection de mousse isolante sous les combles.

Pour une isolation vraiment efficace, il est aussi recommandé de poser des fenêtres à double vitrage.

 

L’isolation acoustique

Également appelée l’isolation phonique, l’isolation acoustique permet de réduire non seulement les bruits provenant de l’extérieur d’une pièce, mais aussi de maîtriser la propagation du son à l’intérieur d’une pièce, pour éviter que les bruits ne résonnent (on parle alors de correction acoustique.) Il faut prendre en compte ces deux notions pour réaliser une bonne isolation acoustique dans un logement.

Pour réaliser une bonne isolation phonique, il faut tenir compte de plusieurs critères, comme les matériaux utilisés dans la structure de la pièce et le type de bruit à insonoriser (par exemple, il n’y a pas besoin de la même épaisseur isolante pour réduire le bruit d’un avion qui passe au-dessus de la maison, ou pour limiter le bruit de chocs contre les murs.)

Il existe plusieurs types d’isolations phoniques, comme la laine de verre ou la laine de roche. Dans tous les cas, l’isolation est plus efficace quand elle traite le bruit à la source. Par exemple, si les bruits proviennent des planchers, il est conseillé de désolidariser le sol fini et la structure porteuse.

 

Les différentes catégories d’isolants

Il existe de nombreux types d’isolants et ce n’est pas toujours facile de les différencier. Heureusement, ils sont classés par familles !

 

Les isolants biosourcés

Les isolants biosourcés sont issus du recyclage ou sont constitués d’éléments en matière renouvelables comme le lin, le chanvre, la laine de mouton ou encore la paille. Écologiques du fait d’une fabrication qui respecte les principes environnementaux, il est facile de les reconnaître grâce au label « produit biosourcé ». Ils entrent alors dans la fabrication de bâtiments labellisés « biosourcé ». Leur efficacité est tout aussi performante qu’un isolant standard, mais leur épaisseur est supérieure d’environ 15 centimètres. En rouleaux, panneaux ou à souffler, il existe toutes les formes d’isolants selon les travaux que vous réalisez. La qualité de l’air est excellente, voire supérieure aux produits standards, puisque les isolants biosourcés n’émettent que très peu de composés organiques volatils. Malgré un prix d’environ 10% plus élevé, ils permettent une isolation et un confort optimal, ce qui diminuera les frais ultérieurs.

 

Les isolants minéraux

La laine de roche, la laine de verre, le verre cellulaire ou encore la perlite proviennent d’éléments minéraux de type sable, verre ou encore roche, chauffés à plus de 1500 °C. C’est aussi le cas de la mousse minérale Airium, élaborée avec du ciment à faible densité. Elle est particulièrement durable et entièrement recyclable. Ces matériaux sont utilisés dans 70% des constructions et présentent de nombreux avantages. Faciles à mettre en œuvre, les panneaux et rouleaux permettent d’isoler les murs, les sols ou encore les combles de manière efficace. Incombustibles, les isolants minéraux peuvent être placés à côté d’une source de chaleur. Cette particularité en fait l’un des matériaux les plus efficaces en matière d’isolation thermique. Imputrescibles, ils résistent à la moisissure. Toutefois, leur stabilité peut être affectée avec le temps et l’isolant peut s’affaisser. Selon votre budget et le type de pose prévue, qui peut quelquefois nécessiter un professionnel, les isolants minéraux restent parmi les plus compétitifs du marché avec un prix faible.

 

Les isolants synthétiques

Les isolants synthétiques regroupent plusieurs types de mousses, comme le polystyrène, la mousse phénolique ou la mousse de polyuréthane.

Le polystyrène extrudé s’achète sous forme de panneaux ou de billes et s’utilise pour l’isolation des combles ou tout autre espace qui nécessite un important dispositif isolant. Malgré une espérance de vie supérieure à 50 ans, il est sensible au feu et sa fabrication est polluante. En revanche, le polystyrène expansé a l’avantage de pouvoir être placé dans des petits endroits et de résister à l’eau. Les tarifs s’échelonnent entre 10 et 20 euros du mètre carré.

La mousse phénolique est quant à elle très résistante au feu, mais sa fabrication à base de pétrole brut en fait l’un des matériaux les plus polluants au niveau écologique. Toutefois, ses performances aussi bien phoniques que thermiques en font un élément d’isolation intérieur apprécié. Son prix est cependant plus élevé, environ 50 euros du mètre carré.

Enfin, le polyuréthane est un matériau très résistant au poids, résistant à l’humidité et particulièrement efficace en termes d’isolation. En mousse ou en panneaux, il est recommandé pour les parties d’habitation peu accessibles. En revanche, en cas d’incendie, il dégage de nombreuses substances toxiques. Son prix est d’environ 20 euros du mètre carré.

 

L’isolation par l’intérieur ou par l’extérieur ?

Les deux sont possibles ! Ces deux solutions d’isolation possèdent toutes les deux leur lot d’avantages et d’inconvénients, mais offrent chacune de bonnes performances isolantes.

 

Avantages et inconvénients de l’ITE

L’Isolation Thermique par l’Extérieur (ITE) consiste à poser de l’isolant de manière continue sur les murs. C’est une solution tout indiquée lorsqu’il faut rénover entièrement des façades ou des pignons. Attention, lorsqu’il y a des balcons, des loggias ou beaucoup de parois vitrées, il risque d’y avoir des ponts thermiques difficiles à isoler. On distingue quatre types d’isolations par l’extérieur : la façade légère, la façade chaude, la façade ventilée et la façade avec double mur.

Image
isolation-exterieur.jpg

Si vous optez pour une ITE (des travaux qui vont modifier l’aspect extérieur de votre logement), vous devrez déposer une déclaration préalable de travaux auprès des services concernés de votre commune.

L’isolation thermique par l’extérieur permet de rénover entièrement la façade du bâtiment. Si celle-ci avait besoin d’un coup de neuf, voilà le moyen de faire d’une pierre deux coups : une meilleure isolation et une façade toute neuve ! De plus, l’isolation thermique par l’extérieur est plus efficace que l’isolation intérieure pour supprimer les ponts thermiques. Par ailleurs, cela permet de conserver intacte la surface habitable du bâtiment. Enfin, l’ITE renforce l’inertie thermique d’un logement.

 

Avantages et inconvénients de l’ITI

Quant à l’Isolation thermique par l’Intérieur (ITI), c’est la technique d’isolation la plus répandue pour lutter contre les déperditions d’énergie. Elle permet de préserver l’aspect extérieur d’une jolie façade, tout en donnant un coup de neuf à sa décoration intérieure. En réalisant une isolation thermique par l’intérieur, vous augmentez considérablement la performance thermique globale de votre logement. De plus, vous supprimez les éventuels problèmes d’humidité dus à la condensation dans certaines pièces. Par ailleurs, l’isolation thermique par l’intérieur est très efficace pour améliorer le confort acoustique de votre logement. C’est une solution moins chère que l’ITE, et plus rapide à mettre en œuvre.

Image
mousse-airium-combles.jpg

En revanche, isoler sa maison par l’intérieur réduit nécessairement la surface habitable. De plus, il faut déposer certaines canalisations qui couraient le long des murs. Ce type d’isolation nécessite également de réviser le plan électrique en déplaçant des prises, des interrupteurs et des appliques. Enfin, réaliser l’isolation d’un logement par l’intérieur nécessite plusieurs jours de travaux. Il faut donc que les habitants trouvent un autre hébergement le temps du chantier.

 

Combien coûte l’isolation d’un logement ?

Le prix de l’isolation thermique d’un logement varie en fonction de la surface à isoler, ainsi que du type d’isolant utilisé. En moyenne, il faut compter entre 40 et 120 euros par mètre carré. Même s’il s’agit d’une somme conséquente et que le prix des travaux peut rapidement grimper, il faut tenir compte des économies d’énergie dont vous profiterez par la suite.

Si vous souhaitez faire réaliser un bilan thermique de votre maison par un professionnel, il faut compter entre 500 et 1 000 euros. Cette prestation vous permettra de savoir où se trouvent les failles dans l’isolation de votre logement. De plus, vous bénéficierez de conseils personnalisés pour optimiser au mieux votre future isolation.

N’oubliez pas que vous pouvez bénéficier de certaines aides pour financer les travaux d’isolation de votre logement : l’éco prêt à taux zéro, le chèque énergie, etc.

 

Image
economies-tirelire.jpg

Quels critères prendre en compte pour choisir son isolation ?

Pour choisir le meilleur isolant, vous devez vous baser sur trois principaux critères : la facilité de pose, la résistance thermique et les performances techniques. Également appelées le coefficient de conductivité thermique, les performances techniques sont exprimées en lambda. Pour avoir l’isolant le plus performant possible, cherchez le lambda le plus faible.

De son côté, la résistance thermique est indiquée à l’aide de la lettre R. L’isolant thermique le plus performant est celui qui affiche la résistance la plus élevée.

Quant à la facilité de pose, elle est importante, car elle influe sur le coût de la main-d’œuvre.

Si vous souhaitez poser un isolant écologique, ils sont de plus en plus nombreux à être proposés sur le marché. Ces isolants sont perméables à la chaleur, et évitent tout risque de condensation.

 

Quelle législation réglemente l’isolation ?

La RE 2020 remplace la RT 2012 depuis le 1er janvier 2021. Cette réglementation thermique a pour objectif de réduire la consommation de chauffage pour atteindre un seuil inférieur à 12 kwhep/m². C’est pourquoi la RE 2020 préconise l’utilisation de la domotique pour piloter plus facilement le système de chauffage des logements.

Cette réglementation thermique met également en avant les énergies primaires pour produire du chauffage, de l’eau chaude et approvisionner les appareils électriques. L’objectif principal de la RE 2020 est de construire des bâtiments qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

Cette nouvelle réglementation thermique s’articule beaucoup autour des énergies renouvelables, alors que la RT2012 concernait principalement les différents types d’isolations.

 

L’État propose-t-il des aides pour réaliser l’isolation d’un logement ?

Si vous comptez réaliser des travaux d’isolation dans votre logement, vous pouvez sous certaines conditions bénéficier d’aides régionales : chèque énergie, éco-PTZ, etc.

Image
homme-ordinateur.jpg

L’éco-prêt à taux zéro

l’éco-prêt à taux zéro, également appelé éco-PTZ, est destiné à financer des travaux de rénovation énergétique. Son montant varie entre 7 000 et 30 000 €, selon le type de travaux. Si vous avez le projet de réaliser l’isolation de votre logement, vous pouvez donc vérifier votre éligibilité à l’éco-PTZ.

Pour en bénéficier, vos travaux doivent porter sur l’isolation thermique de la toiture, l’isolation des planchers bas, l’installation d’un chauffage ou d’une production d’eau chaude sanitaire ou encore l’isolation thermique des murs donnant sur l’extérieur.

Les personnes éligibles à l’éco PTZ sont les propriétaires et les copropriétaires (occupants ou bailleurs). D’ailleurs, il faut savoir que l’éco prêt à taux zéro peut financer des travaux portant sur des logements individuels comme sur les parties communes d’un immeuble.

L’éco PTZ n’est pas attribué en fonction des conditions de ressources. En revanche, vous ne pourrez l’obtenir que sous certaines conditions. Le logement concerné doit avoir été achevé depuis au moins deux ans et doit être habité en tant que résidence principale. De plus, vous devez obligatoirement faire réaliser les travaux par une entreprise RGE.

 

MaPrimeRénov’

Le dispositif MaPrimeRénov’ a vu le jour le 1er janvier 2020. Destinée à remplacer les aides de l’agence de l’habitat ainsi que le crédit d’impôt transition énergétique, MaPrimeRénov’ concerne tous les ménages.

Elle permet de financer des travaux à la fois simples et efficaces, permettant de garantir de nouvelles économies d’énergie. Il y a par exemple l’isolation thermique des murs en façade ainsi que des parois vitrées. MaPrimeRénov’ prend également en charge l’installation de certains équipements, comme une pompe à chaleur géothermique, un poêle à bûches ou à granulés ou encore une chaudière biomasse individuelle.

MaPrimeRénov’ est attribuée sous condition de ressources. D’ailleurs, quatre niveaux de revenus ont été définis pour faciliter l’attribution de cette aide financière : MaPrimeRénov’ Rose, Violet, Jaune et Bleu. Logiquement, plus les revenus du ménage sont élevés, plus la proportion du montant de travaux pris en charge par cette aide de l’État est faible. MaPrimeRénov‘ Bleu bénéficie d’un financement à hauteur de 90%. Les ménages classés MaPrimeRénov’ Jaune perçoivent 75% du montant des travaux. Si vous êtes classé MaPrimeRénov’ Violet, attendez-vous à bénéficier de 60% d’aide. Quant aux foyers classés MaPrimeRénov’ Rose, ils perçoivent 40% d’aide.

Estimer mon projet

Devis d'isolation gratuit et rapide

Devis d'isolation gratuit et rapide

 

Le chèque Énergie

Le chèque énergie désigne une aide de l’État qui s’adresse aux ménages modestes, en situation de précarité énergétique (c’est-à-dire que 10% de leur budget servent à payer des factures d’énergie). Il est attribué en fonction du montant des revenus du foyer, ainsi que de la composition de celui-ci. L’attribution du chèque énergie est automatique et vous n’avez aucune démarche à effectuer. Il est généralement envoyé en mars ou en avril, sous version papier, par l’Agence de services et de paiement. C’est la direction générale des finances publiques qui établit chaque année le fichier des foyers remplissant les conditions requises pour bénéficier de ce chèque énergie.

Ce coup de pouce de l’État est destiné à financer les travaux de rénovation énergétique ou à payer des factures d’énergie. Son montant varie en fonction de la composition du foyer ainsi que de ses revenus annuels.

Bon à savoir, le chèque énergie est nominatif. Si vous déménagez, assurez-vous de bien transmettre votre nouvelle adresse aux services fiscaux, afin de recevoir votre chèque l’année prochaine. Il faut savoir que cette aide de l’État est cumulable avec MaPrimeRénov’.

 

Les Aides des entreprises de fourniture d’énergie

Les fournisseurs d’énergie, comme EDF et Total, proposent certaines aides pour financer la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Ils agissent ainsi dans le cadre des certificats d’économie d’énergie, ou CEE. Depuis l’année 2015, l’État impose en effet aux fournisseurs d’énergie une obligation de réalisation d’économies d’énergie. C’est pourquoi ces grandes entreprises aident les particuliers à financer certains travaux d’économie d’énergie. En échange, elles obtiennent des certificats attestant auprès de l’État qu’elles ont bien rempli leur mission d’aider les consommateurs à faire des économies d’énergie.

Les fournisseurs d’énergie peuvent aider les consommateurs de plusieurs manières : en leur donnant des conseils, en les mettant en relation avec des artisans qualifiés ou encore en leur proposant des primes.

Les travaux visant à réduire la facture d’énergie et éligibles à la prime CEE sont très nombreux : il y a par exemple l’installation d’une ventilation mécanique contrôlée double flux, la pose de vitres à isolation thermique renforcée, l’isolation des combles, de la toiture ou encore des planchers, l’installation d’une pompe à chaleur, etc.

Le montant de la prime CEE dépend du type de travaux réalisés, du type d’équipement installé, des ressources du foyer ainsi que de la région où se situe le chantier.
 

FAQ

Quelle est la meilleure isolation thermique ?

Cela dépend de nombreux critères, comme votre budget, les matériaux de construction de la maison, les pièces à isoler... La mousse Airium a été conçue pour l’isolation des combles perdus en maison individuelle.

Quelle est la meilleure isolation phonique ?

Il existe divers matériaux d’isolations phoniques et chacun possède des avantages et des inconvénients. Le meilleur isolant n’est pas donc pas le même selon les besoins : isolation des combles perdus, isolation des murs, etc.

Estimer mon projet

Devis d'isolation gratuit et rapide